Articles

« Fédérer nos engagements sportifs sous une même bannière »

12/04/2018

Crédit Agricole se présente comme le premier réseau bancaire français : comment cela se traduit-il en nombre d’agences et plus largement en chiffres ?

Nicole Derrien : Notre réseau compte aujourd’hui 7000 agences et emploie 138 000 collaborateurs. Ils sont répartis sur tout le territoire à travers 39 caisses régionales dont le business modèle est de se développer et de grandir dans leur territoire. Notre réseau fait de nous une vraie banque de proximité, qui gère aujourd’hui 21 millions de clients.

 

La marque est un grand partenaire du sport. Comment et depuis quand s’est-elle investie dans cet univers ?

Nicole Derrien : Crédit Agricole est un partenaire historique du sport et notamment du football qu’elle soutient depuis quarante-quatre ans (partenaire majeur de la Fédération française de football depuis 1974, ndlr). Mais tout est parti des caisses régionales qui, en tant qu’entreprises, ont toujours joué localement un rôle économique, social et sociétal et un rôle d’animation du territoire. Dans ce cadre, le sport est un levier universel d’animation. La plupart des disciplines sont soutenues par les caisses régionales, qui les choisissent en fonction de la culture et des pratiques locales : le rugby dans le sud de la France, la voile pour les régions du littoral…  Aujourd’hui, la banque est partenaire de plus de vingt-sept disciplines en régions, elle soutient plus de deux-mille clubs et mobilise près de 6000 collaborateurs et administrateurs bénévoles pour accompagner le public dans l’accès et la pratique du sport.

 

Deux disciplines, le football et le judo, sont pilotées par la caisse nationale. Pourquoi ?

Nicole Derrien : Au-delà de l’engagement historique de la banque, le fait d’être la première banque de France nous a naturellement conduit à soutenir le football, premier sport français en nombre de pratiquants, avec plus de 2 millions de licenciés. L’engagement dans le judo est plus récent pour la marque Crédit Agricole mais reste historique au niveau du groupe via LCL depuis plus de trente ans. Nous avons pris la décision d’y engager Crédit Agricole il y a trois ans car il est très complémentaire (partenaire de Fédération française de judo depuis janvier 2017, ndlr).

Jérôme Langlais : Le football est universel en termes de maillage. C’est le sport le plus le mieux réparti sur l’ensemble du territoire en nombre de pratiquants, surtout si l’on ajoute aux licenciés tous ceux qui jouent en pratique libre et les millions de supporters, pratiquants ou non. Le football est le seul sport dont les retransmissions peuvent dépasser les 20 millions de téléspectateurs. Le judo est effectivement très complémentaire en termes de valeurs. Il est aussi bien souvent le premier sport pratiqué en dehors de l’école par les enfants, s’appuie sur des valeurs et un code moral. Il apporte un petit supplément d’âme.

 

A travers quelles actions la banque accompagne-t-elle la pratique du sport ?

Nicole Derrien : Nous avons construit des strates de niveaux, de la base jusqu’au soutien des Equipes de France de football et de judo, qui sont un peu la cerise sur le gâteau, mais notre socle est vraiment l’accompagnement du sport amateur, ce qui se passe tous les dimanches dans les stades ou sur les tatamis. Notre action s’appuie sur les collaborateurs de la banque dont 6000 agissent aujourd’hui bénévolement tous les mercredis et tous les dimanches sur les terrains, auprès des pratiquants

Jérôme Langlais : La grande force de Crédit Agricole est d’être présent à tous les niveaux, mais c’est surtout cet engagement qui commence par la base. Beaucoup d’annonceurs arrivent dans le sport parce qu’on leur a recommandé d’y être. Ils mettent alors en place une stratégie nationale qu’ils déclinent localement, sans tenir compte des spécificités régionales. Le fait de partir de la base rend l’engagement légitime, tant en interne et auprès des caisses régionales qu’en externe auprès des clubs et des districts. Les bénévoles sont avant tout sur le terrain parce qu’ils aiment leur sport.

Nicole Derrien : Au-delà des bénévoles, notre engagement se traduit aussi par un soutien matériel des deux mille clubs que nous dotons en ballons, chasubles, bâches, maillots etc. en fonction de leurs besoins réels.

 

Vous avez récemment décidé de fédérer vos engagements sous un claim « Le sport comme école de la vie », imaginé par BETC. Pourquoi ?

Nicole Derrien : Nous nous sommes dit qu’il fallait fédérer toutes ces actions sous un même chapeau, sous une même bannière portant la vision du Crédit Agricole dans le sport. L’idée de départ s’appuie sur un constat : ce que l’on apprend par le sport (le dépassement de soi, le courage, le respect des règles, la persévérance…) va nous servir toute notre vie. Plus les gens, et notamment les jeunes, pratiqueront le sport, plus ils intégreront ses valeurs et pourront s’en servir pour grandir et devenir un homme ou une femme. C’est une posture sociétale et corporate.

 

Mi-décembre, vous avez présenté cette signature ainsi qu’une web série mettant en scène Teddy Riner répondant à des enfants ? Cette présentation a pris la forme d’un Talk sur « Le sport comme école de la vie » auquel participaient différentes personnalités, dont Teddy Riner. Pourquoi ?

Nicole Derrien : Il nous semblait intéressant de faire porter cette vision par des ambassadeurs qui représentent la France et se sont tous appuyés sur les valeurs positives du sport pour devenir ce qu’ils sont, humainement et professionnellement. Nous avons également souhaité que ces personnes ne soient pas, à l’exception de Teddy Riner, sous contrat avec Crédit Agricole. C’est la raison pour laquelle des personnalités comme le chef Thierry Marx ou l’ancienne footballeuse de l’Equipe de France féminine Nicole Abar, fondatrice de l’association « Liberté aux joueuses » sont intervenues.

Jérôme Langlais : l’idée n’est pas d’affirmer « le sport comme école de la vie » mais de le prouver. C’est la raison pour laquelle nous avons opté pour ce format au cours duquel intervenaient des personnalités, pas seulement issue du monde du sport, pour raconter comment elles ont pu se développer et réussir grâce aux valeurs que le sport leur a inculqué. C’est une démonstration par la preuve

 

Quel était l’objectif de cette série ?

Nicole Derrien : Teddy Riner est, de par son palmarès, sa popularité et sa personnalité, le meilleur porte-parole sur le thème du sport comme école de la vie. Nous l’avons mis en scène face à des enfants le questionnant sur ses valeurs…  La web série a été mise en ligne sur notre site et sur les réseaux sociaux. Nous nous sommes appuyés à la fois sur le réseau de Teddy Riner et sur les nôtres qui sont assez puissants sur le football et autour de la marque Crédit Agricole.

 

Qu’en attendez vous ? A qui s’adresse-t-elle ? Sur quels canaux et avec quels objectifs ?

Jérôme Langlais : la web série s’adresse au plus grand nombre, mais l’événement de présentation était surtout une prise de parole fondatrice adressée principalement aux journalistes et aux influenceurs.

Nicole Derrien : L’opération ciblait aussi l’interne. Certains étaient présents du durant les deux heures de talk, d’autres ont pu le suivre sur Facebook Live. Pour tous les autres nous avons réalisé un montage de 15 minutes diffusé sur nos canaux internes.

 

Quel bilan faites-vous de l’opération et, au-delà, de votre engagement dans le sport ?

Nicole Derrien : Nous savons que 200 000 personnes ont suivi l’événement sur Facebook live et qu’elles sont trois millions à avoir vu au moins un des épisodes de la web série. Concernant notre engagement dans le sport, 90 % des Français interrogés en 2017 trouvaient pertinente l’association entre Crédit Agricole et le sport. Elle a boosté la marque sur les valeurs de dynamisme, d’innovation et de modernité.

 

Décryptage

Une recette simple et efficace : Prenez le champion préféré des Français, installez-le avec des enfants et une batterie de questions, laissez-les interagir tout en filmant… et c’est prêt ! La web série comprend un teaser de 30 secondes et de trois épisodes de 2:30min environ se focalisant chacun sur autant de valeurs clé du sport en général et du judo en particulier : le respect, le courage et le contrôle de soi.

  • creditagricole

Crédit Agricole

Nicole Derrien, directrice de la communication

Havas Sports & Entertainment

Jérôme Langlais, directeur de la communication

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.