Zooms

E-commerce : un Français sur deux fait des achats en ligne sur des sites étrangers

Etude / 09/08/2016

Une étude menée par Trustpilot - portail d’évaluation de sites marchands - et Yougov évalue la perception des consommateurs français quant à l’achat de produits sur des sites e-commerce étrangers. S’ils sont nombreux à avoir recours à ces marchands étrangers dans leurs achats en ligne, un manque de confiance et une méconnaissance du cadre légal freinent encore l’acte d’achat pour une grande part des acheteurs en ligne.

  • E-commerce

Pourquoi achetons-nous à l’étranger ?

D’après cette étude, un Français sur deux consomme sur internet via des sites étrangers. Ils sont ainsi 53% de consommateurs en ligne à avoir déjà acheté des produits sur un site marchand basé à l’étranger. Interrogés sur les motivations qui les ont poussés à passer commande sur un site transfrontalier, 58% des consommateurs sondés citent la volonté de faire des économies comparativement à un site français proposant le même produit.

Au-delà des économies potentielles, la possibilité de trouver des produits indisponibles en France, aussi bien en magasin que sur des sites marchands nationaux, est la deuxième motivation : elle est citée par 39% des personnes sondées.

Vêtements et produits électroniques arrivent en tête des achats transfrontaliers

Sans surprise, les premiers produits de consommation bénéficiant des faveurs des consommateurs achetant « à l’étranger » sont les vêtements, cités comme premier poste de dépenses par 48% des e-consommateurs. Suivent les équipements électroniques, plébiscités par 34% des sondés.

Le manque de confiance et la barrière de la langue : premiers freins à l’achat en ligne transfrontalier

46% des consommateurs ayant répondu à l’étude déclarent ne pas avoir effectué d’achat à l’étranger par manque de confiance. A ce manque de confiance s’ajoute une méconnaissance de l’encadrement légal du e-commerce : 32 % des sondés déclarent ne pas acheter via des sites « crossborder » en raison d’incertitudes sur la légalité de telles pratiques.

Malgré la multiplication des langues disponibles sur une majorité de sites marchands, la barrière de la langue constitue encore un frein de taille. En effet, plus d’un quart (26%) des participants à l’étude déclare être bloqué par la complexité d’une commande en anglais : peur de se tromper d’article, de valider un panier non souhaité, de mal interpréter les informations produit…

Enfin, le délai de livraison trop élevé est mentionné par 23% des personnes interrogées. L’e-commerce repose sur la simplicité et la rapidité des échanges. Une commande qui arrive en deux ou trois semaines peut décourager l’acheteur potentiel.

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.