Zooms

« Il n’y a pas de petite claque »

19/06/2013

La Fondation pour l’Enfance dévoile sa nouvelle campagne de sensibilisation et de prévention grand public, contre les violences éducatives ordinaires envers les enfants. Pour ce faire, le collectif et RosaPark déploient un dispositif important.

« Il n’y a pas de petite claque ». Le message est clair. Par ces mots, la Fondation pour l’Enfance interpelle le public sur le fait que cette pratique d’éducation peut avoir des graves conséquences sur l’avenir de l’enfant. « Il n’y a pas de petite claque, ni de petit coup, toute violence envers (nos) enfants peut avoir des conséquences sur leur santé physique et psychologique » explique le Dr Gilles Lazimi, coordinateur de la campagne. « Ces violences banalisées, tolérées par la société, peuvent avoir des conséquences sur le développement de l’enfant. Un certain nombre aura des séquelles en termes de santé, d’apprentissage et de développement » poursuit-il. À travers cette campagne, la Fondation pour l’Enfance avance que plus de 50% des parents commencent à frapper leur enfant avant l’âge de deux ans persuadés par l’éducation qu’ils ont reçue, que cela leur est utile et profitable. L’idée de la « transmission transgénérationnelle » avait été l’objet de la première campagne menée par le collectif en avril 2011.
Pour ce nouveau volet, réalisé gracieusement par RosaPark, un film de 30 secondes, tente de sensibiliser les adultes, les parents, au fait qu’il n’y a pas de petit(s) coup(s). On découvre alors l’effet d’une claque, donnée par une mère à son fils, filmée en ralenti, par une caméra de 1.000 images seconde. La campagne sera visible à partir du 22 juin sur les chaînes télévisées nationales (hertziennes, TNT, CabSat) ainsi que sur le web.
Contact : 01 43 90 63 10

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.