Zooms

Le second écran a fait ses preuves pendant le Mondial

21/07/2014

Chaque jour pendant la Coupe du Monde, Havas Media a comparé le SRP (Social Rating Point) des matchs diffusés sur TF1 à celui d'un autre programme TV diffusé le même jour. Premier constat : le second écran est une réalité ancrée dans les habitudes de consommation TV.

Le match de foot se vit plus que jamais sur les réseaux sociaux à coups de likes et de tweets. C’est ce que conclut Havas Media dans son bilan du Mondial sur les réseaux sociaux. En effet, l’analyse de 2MV Data Consulting et Havas Sports & Entertainment (groupe Havas Media France), en partenariat avec Seevibes, a recensé 30,3 millions d'interactions social media en France pour la Coupe du monde de football au Brésil. Tout au long du Mondial, un match a généré en moyenne un SRP (Social Rating Point) de 10%, alors que l'émission concurrente la plus regardée a, quant à elle, suscité un SRP moyen de 4%. De son côté Facebook remporte son match face à Twitter avec 57% des interactions, probablement grâce à sa capacité à générer des réactions sur une plus grande durée après les matchs, indique Havas Media. « La Coupe du monde est un événement exceptionnel et populaire qui a généré de nombreuses conversations sur les réseaux sociaux, constate Nadine Medjeber, directrice d'études chez 2MV Data Consulting, la structure data du groupe Havas. Les indices d'audience sociale ont atteint des sommets quand les grands rendez-vous télé tels que l'Amour est dans le pré ou le Grand Journal ont connu à peine 0,4% et 0,7% ».

A noter également l’engouement pour l'équipe de France. Plus l'enjeu était important pour la France et plus les fans ont partagé leur passion sur les réseaux sociaux : avec un SRP moyen de 15%, les Bleus ont suscité un fort intérêt. Au total, ce sont 2,3 millions d'interactions qui ont été recensées en moyenne à chaque match joué par la France, soit le meilleur rapport entre volumes d'interactions et SRP.

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.