Zooms

Les Français croient en l’avenir de la robotique

12/01/2015

Selon le baromètre des Usages Multi-écrans d’Iligo, quatre Français sur cinq sont en effet d’accord pour dire que la robotique va très largement se développer au cours des prochaines années. 75% des répondants privilégieraient un développement de la robotique dans le domaine de l’assistance à la personne.

  • Capture d’écran 2015-01-12 à 14.04.42

Assistera-t-on bientôt à la révolution robotique ? C’est ce que semble penser la majorité des Français interrogés dans le cadre de la 9ème édition du baromètre des Usages Multi-écrans d’Iligo. Quatre personnes sur cinq sont en effet d’accord pour dire que la robotique va très largement se développer au cours des prochaines années. L’assistance à la personne (personnes âgées, handicapées) et la sécurité (alarmes d’intrusions et dispositifs dissuasifs) arrivent en première position, toutes cibles confondues avec 75% d’intéressés. Viennent ensuite le ménage à 72% (aspirateurs, lave vitres, gestion des animaux…) et l’éducation à 65% (apprentissage des langues, de l’informatique).

D’un point de vue plus sociétal, les répondants mettent l’accent sur l’écologie (analyse et traitement de l’air, de l’eau…) avec 72%, puis sur les avancées scientifiques (exploration spatiale, sous-marine) à 71% et, à 68%, sur des progrès médicaux (chirurgies robotisées…).

A noter que 70% des répondants se déclarent favorables à une amélioration directement physique de l’être humain (membres robotiques, exosquelette pour soulever des charges plus lourdes…), et notamment les cibles plus âgées (35-64 ans à 73%, et retraités à 76%). Reste que si la robotique doit améliorer l’être humain, les répondants expriment néanmoins leurs craintes, notamment celle d’une forte dépendance à ces nouvelles technologies intelligentes (71%).

De la même manière, 71% des Français estiment que la robotique est une menace pour l’emploi, au même titre que le numérique l’a été pour certaines professions. Les femmes sont 76% à craindre ces répercussions sur le marché de l’emploi.  Enfin, 51% des Français ne sont pas d’accord pour que les robots aient une forme humaine (contre 31% qui sont d’accord).

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.