Zooms

Les Français s’accrochent à la consommation collaborative

24/10/2014

L’étude de Mediaprism pour 60 Millions de Consommateurs révèle que la consommation collaborative est bien plus qu’un phénomène de mode pour les Français. Leurs motivations sont avant tout financières mais, selon eux, cette nouvelle façon de consommer est également un facteur de lien social.

Les Français perçoivent la consommation collaborative comme un moyen de s’échapper du carcan de la société de consommation. Selon le sondage en ligne réalisé par Mediaprism pour 60 Millions de Consommateurs, plus de 8 Français sur 10 confirment que la consommation collaborative favorise le lien social, qu’il s’agit d’un mode de consommation écologique et qu’elle constitue un moyen d’améliorer son pouvoir d’achat. Les motivations de ceux qui pratiquent la consommation collaborative sont avant tout financières (pour 78 % des répondants) bien plus qu’idéologiques (pour 43 % des répondants). L’étude souligne également qu’ils sont 64 % à affirmer consommer collaboratif « pour le plaisir ». Par ailleurs, le marché de l’occasion concerne 7 Français sur 10. 42 % des Français préfèrent donner, 35 % tentent en priorité de revendre et seuls 2 % des interrogés jettent un produit ou un équipement dont ils n’ont plus l’utilité. Preuve que les Français s’orientent de plus en plus vers le marché de l’occasion, sur une liste de 15 sites, les répondants en connaissent 5 et en utilisent 2 en moyenne. Les sites les plus connus et les plus utilisés sont par ordre d’importance Le Bon Coin, eBay et Price Minister. A noter toutefois que pour une bonne partie des Français, le cadre juridique des ventes entre particuliers est méconnu : 81 % des Français savent que le vendeur est soumis à l’obligation de livrer un produit conforme à l’annonce mais beaucoup ignorent que s’y applique également la garantie de vices cachés ou encore que les vendeurs sont dans l’obligation de déclarer leurs revenus à partir d’un certain montant.

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.