Zooms

Les interactions virtuelles équivalentes à une présence physique ?

Etude / 25/03/2016

Selon une étude GfK menée dans 22 pays, près d’un quart des consommateurs en ligne (23%) s’accordent à dire que les interactions virtuelles peuvent avoir la même valeur qualitative qu'une présence physique. En revanche, seulement 15 % déclarent ne pas être d’accord.

  • gfk

Au quotidien, nous sommes impliqués de plus en plus fréquemment dans des interactions virtuelles, qu'il s'agisse d'une vidéoconférence professionnelle, d'un appel visio depuis notre smartphone, d'une discussion via messagerie instantanée sur Facebook ou WhatsApp. Nous sommes même amenés à explorer des villes et des lieux tels que des restaurants ou des musées en utilisant Google Street View ou des logiciels d’images en immersion 360°. Mais ces interactions ont-elles la même valeur qualitative qu'une présence physique ?

Selon l’étude GfK, les consommateurs estimant que les interactions virtuelles peuvent avoir la même valeur qualitative qu'une présence physique sont plus nombreux chez les 20-29 ans et chez les 30-39 ans, où l'on trouve respectivement  28 % et 27 % de personnes d'accord. Ces résultats les placent bien devant les adolescents, qui sont la génération « orientée virtuel » suivante, avec un taux de 22 %.

Sans surprise, les générations les plus anciennes sont nettement moins d'accord avec cette affirmation. Chez les 50-59 ans, un sondé sur cinq (20 %) ne partage pas non plus ce point de vue, et seulement 15 % sont d'accord. Quant aux personnes de 60 ans ou plus, près d'un tiers d'entre elles (27 %) ne sont pas d'accord et seulement une sur dix (11 %) déclare être d'accord.

Le Brésil et la Turquie sont les pays les plus « orientés virtuel » ; l'Allemagne et la Suède sont les pays qui le sont le moins

Le Brésil et la Turquie ont la plus grande proportion de consommateurs en ligne estimant que les interactions virtuelles peuvent avoir la même valeur qualitative qu'une présence physique, avec un tiers (34 %) de personnes d'accord dans chacun de ces deux pays. Viennent ensuite le Mexique (28 %), la Chine (27%) et la Russie (24 %). En France, 14 % des consommateurs en ligne sont d’accord avec cette affirmation.

Si l'on se penche sur le taux de personnes en désaccord, c'est l'Allemagne qui arrive en tête, avec près d'un tiers (32 %) de consommateurs en ligne estimant que les interactions virtuelles ne peuvent pas avoir la même valeur qualitative qu'une présence physique. Elle est suivie par la Suède, avec 29 %, puis par deux pays ex aequo, la République tchèque et la Belgique avec un peu plus d'un quart (26 %), et par les Pays-Bas et le Royaume-Uni qui partagent également le même résultat, un peu moins d'un quart (23 %). En France, presqu’un consommateur sur 5 (17 %) dit être en désaccord avec ce mode d’interaction.

 

Pour télécharger les résultats et les infographies pour les 22 pays, rendez-vous sur http://www.gfk.com/global-studies/global-study-overview

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.