Articles

« Bonne journée pourrie ! »

19 septembre 2018

Imaginé avec l’agence Humanseven, le nouveau film de la Fédération française de cardiologie démontre avec humour que la pire journée peut se révéler excellente pour votre cœur…

« Notre stratégie de communication est guidée par la prévention, c’est l’une des premières mission de la FFC. Nos actions visent à alerter la population sur les risques cardiaques », explique Philippe Serre, responsable de la communication de la FFC. « Tout le travail réalisé avec l’agence Humanseven depuis trois ans répond à cet objectif. Les maladies cardio-vasculaires tuent chaque jour 400 personnes dont plus de la moitié sont des femmes.

Les études montrent que le temps passé devant les écrans a explosé, de trois heures par jour en 2006 à cinq heures aujourd’hui. Le temps sédentaire a donc aussi explosé. En quarante ans, les enfants ont perdu 25 % de capacités cardio-vasculaires. Les maladies cardiovasculaires sont des maladies du mode vie. C’est en grande partie la cigarette, la sédentarité, le stress et l’alimentation qui vont déterminer si l’on sera malade ou pas ».

Des désagréments bienvenus

L’ascenseur en panne, la voiture qui ne démarre pas, le bus qui vous passe sous le nez, des rendez-vous aux quatre coins de la ville… Tous ces petits désagréments de la vie quotidienne ont en fait un grand avantage : ils obligent à marcher plus. Et en marchant au moins trente minutes chaque jour, on réduit de 20 % le risque d’infarctus. La Fédération française de cardiologie souhaite donc aux Françaises et aux Français une « bonne journée pourrie ». Une prise de parole qui vise à les inciter à adopter de nouveaux comportements dans leurs déplacements quotidiens : préférer l’escalier plutôt que l’ascenseur, aller faire ses courses à pied plutôt qu’en voiture, descendre un arrêt de bus avant sa destination habituelle…

 Influer sur les modes de vie

« Comme ce sont des maladies du mode de vie, nous avons choisi d’être dans la vie des gens pour les interpeler et les toucher », précise Nathalie Delaeter, directrice associée de l’agence Humanseven. « Nous avons aussi montré que le bon client n’était pas uniquement celui à qui l’on pense : l’homme d’une cinquantaine d’années qui fume et qui boit. Avec ce film et la signature « On n’a pas tous les jours la chance de passer une journée pourrie », nous avons voulu démontrer avec optimisme que la pire de vos journées peut se révéler excellente pour votre cœur. Car l’enjeu n’est pas forcément de faire du sport une ou deux fois par semaine mais de bouger tous les jours ». Diffusée en télévision, la campagne est également soutenue en vidéo online et sur les réseaux sociaux via le hashtag #BonneJournéePourrie.

 

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.