Zooms

Quelle est la vision des marketeurs en 2016 ?  

Etude / 30/05/2016

  • marketing

A l’occasion de la 7ème édition du Forum du CMIT (Le Club des Directeurs marketing et communication de l’IT) qui s’est tenue à la Maison de la Chimie au mois d’avril dernier, les marketeurs B2B se sont prêtés au jeu d’une enquête live sur les nouveaux enjeux, leurs attentes, leur vision du marché et les perspectives.

 « Le métier du marketeur change, il n’est plus envisageable de pratiquer ce métier sans parler de digitalisation, explique Michel Mariet, director marketing alliances & channels Europe EMEA Oracle, et président du CMIT. La révolution digitale est une formidable opportunité de transformation pour les entreprises. Il est donc primordial dans ce nouveau contexte d’intégrer de nouvelles réflexions et de nouveaux outils plus adaptés à cet environnement en mutation. Plus les technologies évoluent, plus le rôle du marketeur doit se réinventer ».

A la question : Quel est l’évolution de votre budget marketing en 2016 ?

Les réponses sont partagées puisque 36% ont répondu qu’il resterait stable, tandis que 32% déclarent qu’il sera en hausse et 32% en baisse.

A la question : Quelle est votre attitude par rapport aux solutions marketing cloud ?

Les solutions marketing cloud font parties des priorités des marketeurs depuis déjà un certain temps puisque 27% ont déjà déployé ce type de solutions, 26% les ont adoptées ponctuellement, tandis que 28% utilisent des solutions standards et 19% n’ont pas du tout adapté de solutions de ce type pour le moment.

A la question : Quels sont vos usages de plateformes de marketing automation ?

Les outils d’automatisation commencent à être bien ancrés dans les outils du marketeurs puisque 51% d’entre eux l’ont déjà intégré dans leur démarche marketing, 23% l’expérimentent de façon ponctuelle, 8% les utilisent via un prestataire et 8% ont planifié une acquisition. Seuls 11% d’entre eux n’envisagent pas l’outil pour le moment.

A la question : Faut-il investir dans une DMP (Data Management Platform) ?

Les outils de gestion des données sont encore en phase de déploiement progressif puisque 28% des sondés affirment les utiliser actuellement et 33% envisagent d’étudier la question. Il demeure néanmoins une problématique de compréhension de l’outil puisque 34% des marketeurs ne parviennent pas à le définir.

A la question : Le marketing doit-il piloter l’ABM (Account Based Marketing) ?

Sur cette question, 52% des marketeurs pensent qu’il s’agit d’un sujet devant être géré de façon égale par les services marketing et commercial tandis que 31% le considèrent comme une chasse gardée du marketing et seulement 2% comme ne relevant pas de leurs fonctions.

 A la question : Le social selling est-il mature ?

Constat similaire pour le social selling qui est arrivé à maturité pour 15% des personnes interrogées et en cours de mise en place plus ou moins avancé pour 47% d’entre eux. Si la compréhension de la méthode est claire pour la grande majorité des marketeurs (8% ne savent pas la définir), ils sont encore 31% à ne pas du tout l’avoir intégrée dans leur démarche.

A la question : Le marketing doit-il s’appuyer sur les études des analystes (Gartner, IDC, Markess...) ?

Une grande majorité (77%) des sondés déclarent devoir s’appuyer sur les études des cabinets d’analyse avec 30% d’entre eux qui en sont convaincus et 47% qui s’y sentent quelques peu obligés. Les 23% restants préfèrent ne pas prendre les études en considération.

A la question : Le marketing mobile est-il mature ?

Les avis sont plus partagés sur la maturité du marketing mobile avec 59% des marketeurs qui conçoivent désormais le marketing autour de la MUX (Mobile User Experience) et 40% qui ne le considèrent que comme un élément parmi d’autres dans leur mix communication.

A la question : La publicité a-t-elle encore un sens en B2B ?

La publicité seule ne suffit plus aujourd’hui pour 73% des marketeurs B2B qui considèrent qu’elle doit être associée à du content marketing et du nuturing par exemple. 18% pensent que le ROI de la publicité est désormais trop difficile à prouver tandis qu’ils ne sont plus que 10% à affirmer qu’elle est toujours pertinente pour le branding.

A la question : Faut-il encore utiliser une Agence de Relations Presse pour toucher, journalistes, bloggeurs, influenceurs ?

Les agences de relations presse sont reconnues majoritairement (75%) par les marketeurs pour leur efficacité, 53% d’entre eux étant convaincus de la nécessité de les utiliser comme médiateur ou relais. 25% des sondés ne croient en revanche pas à leur action.

infographie marketeur

 

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.